Causes et effets du mitage des campagnes

Causes et effets du mitage des campagnes

"Saint Lunaire Passion Commune essaie de comprendre de quoi il s'agit"

Le mitage:

Il s'agit de la périurbanisation c'est à dire le développement de surfaces urbanisées, pavillonnaires (lotissements), ou consacrées à des activités économiques (type Ville aux coq), à la périphérie des villes et villages.

Premier paradoxe relevé lors de la réunion d'ailleurs, le nombre de maisons augmente alors que dans un même temps, elles sont habitées par de moins en moins de personnes...

Les causes

La fuite devant les prix élevés de l'habitat urbain, le désir d'accéder à un cadre agréable, l'image négative de la ville et de gros villages (entassement, stress, bruit), l'aspiration à se rapprocher du lieu de travail dans les zones d'activité économique)

Pourquoi y a-t-il eu délivrance de permis de construire?

Parce que les communes étaient sollicitées autant par les propriétaires terriens, appâtés par la manne financière que constitue la transformation de terres cultivables en terre constructibles, que par les futurs propriétaires soucieux de trouver à se loger hors des villes trop coûteuses, ou par leur intérêt propre à maintenir certains services publics.

Autre paradoxe: On pouvait en arriver à créer "du besoin" pour alimenter le service public et non créer un service public pour répondre à un besoin. (Un peu caricaturalement, nous le confessons, cela pourrait donner : Apporter des élèves aux écoles plutôt que des écoles aux élèves. Et ce glissement pose une autre question: Qu'en est-il alors des "potentiels" services publics véritablement et "naturellement" utiles à la population, telle qu'elle est ? Les maisons de retraite par exemple dans le cas où la population est vieillissante.

Les effets:

L'augmentation de la consommation énergétique liée au transports, la multiplication des embouteillages ou ralentissements par migrations pendulaires (heures de bureau), la pollution (effet de serre), la perte de naturalité, la fragmentation des paysages et des écosystèmes, préjudiciable à la faune avec diminution de la diversité des espèces.

Dans son livre blanc, La fin des paysages, en 2004 la FNSAFER notait "Il faut cesser de considérer la terre agricole comme une terre inutile ou inutilisée" et affirmait que l'attractivité touristique de la France (paysage, gastronomie, tradition) ne pouvait perdurer si la campagne disparaissait par urbanisation excessive. Cette observation concerne tout particulièrement les petites et moyennes stations touristiques telles que Saint Lunaire. En 2007, la FNSAFER insiste et regrette que l'espace rural soit toujousr considéré comme " un réservoir de l'extentiion urbaine".

Causes et effets du mitage des campagnes

La même année, l'IFEN (institut français de l'environnement) remarque que trois fois plus de terres ont été artificialisées dans les communes de bord de mer que dans le reste du pays entre 1990 et 2000, le bétonnage faisant disparaitre progressivement les terres agricoles, appauvrissant les milieux naturels et modifiant les paysages océaniques.

Effets pour les communes

Hausse des dépenses liées à la construction et à l'entretien des réseaux desservant une population dispersée et peu dense (eau, gaz, électricité, téléphone, transport collectif des personnes et entretien des routes et des trottoirs).

Une chance

Il a fallu que le législateur (à Paris?!!) intervienne pour limiter le processus d'étalement urbain ou tenter d'infléchir le processus. La loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) a initié le mouvement en 2000. Ce mouvement, qui vise à re-densifier les centres villes en réaménageant la ville et en recyclant ses ressources, se poursuit, encadré par des lois complémentaires.

Notre questionnement, sûrement au fondement de notre engagement:

- Pourquoi d'un côté affirmer une volonté de re-densifier le centre-ville, affirmer une prise en compte du cadre fixé par le législateur et d'un autre côté, envisager l'implantation de lotissements supplémentaires, alors que les aménagements des premiers sont encore imparfaits, ou bien ne pas s'opposer fermement à l'implantation d'une nouvelle, gigantesque et dispendieuse zone commerciale ?

- La vocation du politique étant d'anticiper, comment comprendre de tels choix en pleine crise économique, moment où les "dépenses publique"s sont au coeur de tous les débats et dans une période où les "dépenses des ménages" se réduisent drastiquement? Et cette questioon nous conduit à une deuxième interrogation : Comment les politiques d'hier parviendraient-ils à infléchir un processus qu'ils ont contribué à maintenir voire pour certains, à encourager ?

- Enfin, faut-il multiplier les zones pavillonnaires quand celles qui existent déjà n'ont pas de trottoirs et d'éclairage public permettant aux jeunes scolaires et aux moins jeunes de rejoindre le bourg à pieds, en sécurité, pour aller prendre le bus, rejoindre le "co-voitureur", faire des achats, participer à des activités sportives ou sociales (CF D 503)

Sources : Laurent Hiver et F. Lecouvey Incidence de l'étalement urbain sur les émissions de CO2 dans la région Ile- de - France et arrondissement de Lille, Wikipedia, Réseau action climat France Etalement urbain et changement climatique de juillet 2011

Ci-joint un lien avec un article portant sur l'annulation d'un permis de construire:

Rédigé par Saint Lunaire Passion Commune